Jaquette HellBlade

Hellblade Senua’s Sacrifice: le jeu sacrifié au profit du fond ?

Pourquoi en 2022 lancer Hellblade ? Pour le platine et la gloire, voyons!

Gros plan du personnage féminin de HellBlade
« Si tu veux mon platine, tu vas souffrir, hihihi »

Un peu de contexte

Développé à partir de 2014 par Ninja Theory, Hellblade Senua’s Sacrifice est sorti en août 2017 sur PS5 et PC, avril 2018 sur Xbox et enfin en 2019 en version cloud sur Switch. C’est la version PS4 dont il est question ici ( jouée sur PS5 pour info).

Ninja Theory est un studio relativement jeune, leur premier jeu est sorti en 2007 avec Heavenly Sword, présent au line-up de la PS3 et faisant figure d’une des exclusivités d’envergure de la première console HD de Sony.
Deux autres jeux ont vu le jour par la suite : Enslaved Odyssey to the West en 2010 ainsi que le très décrié DmC : Devil May Cry, en 2013, reboot de la célèbre série éponyme.

Personnage féminin dans Hellblade avec cheveux rouges
2007, l’année du cheveu en plastique

Ce qui est notable avec ces trois jeux, c’est l’évolution constante en termes de qualité des jeux. (79, 82, 86 respectivement sur Metacritic). Personnellement, les trois, loin d’être exempts de tout défaut, ont chacun un petit quelque chose qui offre une expérience de jeu marquante.
L’annonce d’Hellblade, couplée au trailer très alléchant pour un « Triple A indépendant » (dixit le studio), a suscité de grandes attentes.

Que raconte Hellblade ?

Sous couvert de mythologie nordique et celte, le jeu propose de suivre les aventures de Senua, jeune guerrière picte, qui désire aller à Hellheim (l’enfer nordique) afin de sauver l’âme de son bien-aimé Dillon dont le crâne pendouille à la ceinture de Senua.

Senua est sujet, tout comme sa mère, à des hallucinations auditives et visuelles et s’estime maudite. Il faut savoir que le jeu est une métaphore filée de la lutte permanente de Senua contre sa psychose. Afin de traiter au mieux cet aspect, les développeurs ont pris soin de travailler en étroite collaboration avec des neuroscientifiques et des consultants.

N’étant pas spécialiste de la santé mentale, il est difficile de donner un avis sur le bon traitement de ces maladies à travers le média du jeu vidéo. Néanmoins, il convient de saluer le travail visuel et surtout audio effectué sur le jeu. Tout au long de l’œuvre, le joueur qui contrôle Senua, est accompagné en permanence par les voix intérieures de la protagoniste.
Tantôt criées, tantôt murmurées, elles nous immergent de façon remarquable dans la psyché de Senua. Il est conseillé de jouer au casque.

Combat avec du feu dans Hellblade
Le feu est souvent un marqueur des moments d’illusion

L’histoire est ici une toile de fond du vrai sujet mis en avant : la santé mentale.

C’est une version revue du mythe d’Orphée sous fond de mythologie scandinave et celte. La fin est néanmoins différente par son ouverture sur un nouvel opus qui devrait voir le jour en 2023 (exclusivité Microsoft, Ninja Theory ayant été racheté par Microsoft).

Ces raisons amènent à considérer Hellblade non comme une aventure narrative mais plutôt comme un cas concret de démonstration des effets des psychoses pouvant atteindre l’humain. Cet effort est à souligner tant les cas de psychose dans le jeu vidéo sont souvent traités avec légèreté dans les grosses productions.

Son système de jeu

Hellblade est un jeu d’action-aventure en vue à la troisième personne.

A l’instar d’un God of war, le jeu est filmé comme un plan séquence et il n’y a donc aucune coupure même entre les cinématiques. Une volonté artistique couplée à des contraintes techniques et budgétaires, le studio ne disposait que d’une seule caméra pour la capture de mouvement.

Autre fait amusant, l’actrice jouant Senua est une employée du studio, l’actrice devant jouer initialement la protagoniste a fait faux bond au dernier moment.

Hellblade Senua’s Sacrifice a deux types de gameplays distincts se succédant automatiquement l’un à l’autre :

Une exploration mitigée

Le premier repose sur l’exploration où Senua peut ,avec l’agilité d’un éléphant, la vitesse d’une tortue et la souplesse d’un poteau, se déplacer librement entre les murs invisibles hérités des années 2000 afin d’observer et d’interagir avec son environnement.

Cette exploration est teintée de résolution d’énigmes pas toujours logiques où le centimètre de positionnement peut avoir un rôle crucial dans la résolution.
Le diagnostic est très simple à effectuer : il n’ y a absolument aucun plaisir manette en main.

Senua est très pénible à manier, les énigmes ne sont absolument pas intéressantes. Tout est fade. Mention spéciale au chapitre 2 ou 3 (selon l’ordre que vous choisissez) où le maître des illusions arrive à vous dégouter du jeu en un tout petit chapitre. 

Moment d'énigmes dans Hellblade
La grande partie du temps, vous allez devoir chercher ces symboles dans la nature pour ouvrir les portes…De chouettes moments…

Combat classique

Le deuxième type de gameplay se base sur un système de combat classique dans des pseudo-arènes.

Senua a une palette de mouvement très large : un bouton coup rapide, un bouton coup fort, un bouton coup de pied, un bouton parer, un bouton esquive et un bouton pour ralentir le temps.
La crème du jeu d’action….Quatre types d’ennemis pour tout le jeu plus trois boss. Cette deuxième mécanique ne mérite pas plus de détails.

Le jeu a également un système de mort permanente : si Senua meurt à trop de reprises, la sauvegarde finit par être effacée et le joueur doit reprendre la partie depuis le début.

Le jeu propose plusieurs modes de difficultés. 

Combat dans la glace dans HellBlade
Prends ça vilain nordique

En conclusion

On ne s’amuse pas une seconde en jouant à Hellblade Senua’s Sacrifice.

L’histoire et la nature du sous-texte valent peut-être effectivement le coup mais la nature même du jeu vidéo n’est pas respectée.
Un jeu vidéo, selon moi, est fait avant tout pour être joué et on ne joue pas dans Hellblade, on subit le gameplay afin de poursuivre l’histoire.

Les intentions de Ninja Theory étaient surement bonnes au départ mais le choix du média ne le fut pas.  Si le jeu avait suivi sa volonté narrative du début à la fin, il aurait dû proposer un système de QTE à l’instar des productions de Quantic Dream afin de toucher un public plus large. 

Le coin du platineur

Un platine très rapide et facile à obtenir, un seul trophée est indépendant de l’histoire et peut être raté. Il s’agit de trouver 44 pierres de savoir à travers les différents chapitres sachant qu’il n’y a pas de retour en arrière possible d’un chapitre à l’autre.   

Enigmes dans Hellblade
Votre future obsession…
Le_Daron_Nul

Le_Daron_Nul

Amateur de farm depuis ma plus tendre enfance, j’apprécie arriver au boss de fin avec une dizaine de niveaux au-dessus afin de passer un agréable moment.

Publications: 2

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *