Artwork d'un personnage de atelier marie

Atelier Marie Remake : l’alchimie trop choupi

Débutée en 1997 par le studio Gust, la série des Atelier s’est depuis frayée son petit chemin avec pas moins de 24 jeux principaux. Les titres ont récemment gagné en popularité grâce à la trilogie Ryza, qui a d’ailleurs eu le droit à une adaptation animée. Profitant de ce nouvel engouement, Gust nous gratifie d’un remake du tout premier épisode. Sortez les chaudrons !

Avis rédigé à partir d’un code PS5 fourni par KOEI TECMO. Merci à eux !

Jeu disponible sur PS4/5, Switch et Steam

Présentation du jeu

Marlone, Marie pour les intimes, est une étudiante de l’Académie de Salburg, une école formant de futurs alchimistes. Le souci, c’est que Marie est probablement la pire élève ayant jamais fréquenté les lieux. Son cas est si désespérant que sa professeure lui donne un ultimatum : elle a cinq ans pour faire ses preuves et créer un objet alchimique assez impressionnant pour valider son diplôme.

C’est donc une course contre la montre qui s’engage pour vous et la jeune fille…

Une aventure réconfortante

Portrait illustration du personnage de Marie

L’histoire du titre est très éloignée des habituels sauvetages du monde et autres gros méchants à défaire. L’aventure est très calme, mignonne et se concentre essentiellement sur la mission de Marie et sur ses interactions avec ses amis et les habitants.

Toutefois les avancées scénaristiques ne se feront qu’à partir d’une date précise ou une fois les conditions remplies, deux choses que l’on peut vérifier à tout moment dans le menu. La narration est de ce fait un peu dispersée et vous pouvez totalement passer à côté de certains arcs scénaristiques pour peu que vous n’ayez pas recruté un personnage assez tôt ou que vous ne soyez pas dans votre atelier à la date requise.

Un enfer pour les joueurs voulant tout voir et qui devront planifier chaque action.

Personnellement, je me suis juste laissé porter par l’ambiance chill du titre et me concentrant sur 2-3 personnages qui m’intéressaient et j’ai passé un bon moment.
Le jeu se permet d’ailleurs d’aborder des thèmes plus sérieux que ce que l’ambiance générale pourrait laisser penser et vous réservera quelques surprises.

À noter qu’il y a plusieurs fins à débloquer selon vos actions durant votre aventure. De quoi offrir une bonne rejouabilité au titre qui se finit rapidement (comptez une dizaine d’heures).

Le cœur du jeu : l’alchimie

Vous l’aurez compris le cœur du jeu ne repose pas sur son scénario.
Non, la force d’Atelier Marie, c’est sa boucle de gameplay.

Concrètement, chaque journée commencera par :

  • une visite de la ville pour récupérer des informations
  • prendre des requêtes à la taverne (qui consistent à synthétiser des objets)
  • recruter des aventuriers puis partir dans l’une des dix zones disponibles pour affronter des monstres mais surtout récolter des matériaux.

Une fois votre expédition terminée, vous retournez à votre atelier ce qui fera passer la journée. Présenté comme ça, cela ne semble pas très intéressant et assez redondant.

Mais c’est sans compter l’alchimie qui est le véritable cœur du jeu.

Chaque matériau que vous récupérerez sur le terrain vous permettra de synthétiser de nouveaux objets. Au début limité par vos connaissances, vous finirez par pouvoir créer de puissants artefacts capables d’annihiler un groupe de monstres en une fraction de secondes ou d’augmenter durablement vos statistiques.

Très simple et intuitif, le principe d’alchimie devient rapidement addictif et on se surprend à vouloir tout créer et à rédiger nos petites listes de courses. Encore une fois, ce n’est pas prise de tête et mis à part un ou deux ingrédients un peu galères à trouver, tout le reste est clairement indiqué par le jeu.

Vous aurez également la surprise de découvrir quelques petits mini-jeux inspirés de classiques comme Pac-Man suite à la création de certains objets. De quoi pimenter un peu les choses !

Session de gameplay alchimie dans atelier marie

Des combats très simples…

Concernant l’aspect RPG, nous sommes sur quelque chose de très simple, voire sommaire.

L’équipement se résume à une arme et une armure que l’on achète en boutique. Les montées en niveau sont tout ce qu’il y a de plus classique et les combats… sont totalement secondaires. Vous pouvez très bien arriver à la fin du jeu sans faire plus d’une dizaine d’affrontements tant le titre se concentre sur l’alchimie.

Rien d’étonnant donc à ce que l’aspect stratégique en combat soit très basique. Vous avez quatre commandes possibles associées aux quatre touches de la manette. Attaque, défense, objet et attaque spéciale. Et c’est tout.

Le système de tour rappelle celui de FF X mais avec moins de possibilités pour manipuler l’ordre d’action des combattants. À part ça, pas grand-chose à dire de plus tant c’est simple mais efficace.

On sent que les développeurs ne voulaient pas nous ennuyer avec des affrontements trop longs et que l’intérêt du jeu n’est pas là.

… et une gestion du temps délicate

Personnage féminin du jeu atelier marie

Bon, depuis le début je vous parle d’un jeu chill et pas prise de tête mais il y a un aspect qui peut totalement ruiner l’expérience pour certains : la gestion du temps.

Avec cinq ans au compteur, on se dit qu’il n’y aura pas de problème pour remplir les objectifs d’au moins une fin et on se balade sans vraiment faire attention. Et lorsque l’on voit que les requêtes vous laissent à chaque fois plusieurs jours pour être accomplies, tout comme Marie qui rêvasse en permanence, on déambule insouciamment.

Puis on déchante très vite lorsque l’on se rend compte à quel point le jeu est sévère dans son décompte du temps :

  • Vous ramassez un objet ? Un jour en moins.
  • Un combat ? Pareil.
  • Vous voyagez vers une autre zone ? C’est entre 2 et 9 jours de voyage pour l’aller et autant au retour.

Et si vous décidez de rester cloîtrés dans votre atelier à synthétiser, sachez que chaque création vous demandera plusieurs jours.

Pour quelqu’un comme moi qui aime prendre mon temps, explorer et surtout ramasser tout ce qui brille, c’est un véritable enfer et je me suis revu étudiant en train de finir mes travaux au dernier moment pour cause de papillonnage trop prononcé…

Heureusement, le jeu se montre assez généreux et à moins de ne vraiment pas faire attention au calendrier, vous devriez tout de même vous en sortir. Mais, j’ai trouvé cette mécanique en contradiction avec la volonté du jeu de proposer une expérience détendue et tranquille…

C’est peut-être pour cela que les développeurs ont inclus un nouveau mode de jeu dans ce remake qui permet de parcourir le titre sans contrainte de temps.

Session de gameplay atelier marie en alchimie

Du mignon et de la douce musique !

Si les images parlent d’elles-mêmes, je le redis : Atelier Marie Remake est vraiment très coloré et mignon. Le titre adopte une esthétique chibi du plus bel effet et en totale adéquation avec l’ambiance du jeu. Le chara-design n’est pas en reste et, s’il ne brille pas par son originalité, il offre un casting de personnages hauts en couleur.

Même constat pour le bestiaire très restreint mais choupi à souhait. J’ai été comparer avec le jeu de 1997 et si on reconnaît instantanément les lieux et les scènes, un très gros travail de dépoussiérage et modernisation a été fait.

Concernant la musique, on retrouve le charme des années 90 avec des mélodies joyeuses et plutôt amusantes. Rien de très marquant mais très agréable en jeu.

Petite précision : le jeu est doublé en japonais mais l’intégralité des textes est en anglais. Rien de bien compliqué pour un adulte mais cela m’empêche de recommander le titre aux plus jeunes. C’est d’autant plus dommage que le jeu aurait été une parfaite initiation aux JRPG pour les enfants.

Personnage en gros plan du jeu atelier marie

Alors que penser de cet Atelier Marie Remake ? Et bien tout dépendra de vos attentes. Si pour vous RPG rime forcément avec quêtes épiques, environnements majestueux et développement de personnages profonds, ce n’est pas pour vous. De même si vous aimez passer de longues minutes dans les menus à peaufiner vos stratégies pour aller détruire l’écosystème, vous ne trouverez pas votre compte ici. En revanche, si vous souhaitez un petit jeu reposant, agréable, coloré et totalement dénué de difficultés pour vos vacances, Atelier Marie est parfait. Son système d’alchimie est addictif, les saynètes entre les personnages amusantes (bien qu’assez niaises) et l’enrobage chibi du titre est une bouffée d’air frais entre deux jeux plus sérieux. C’est également une excellente porte d’entrée dans l’univers des Atelier sans la complexité des derniers épisodes.

Et si vous êtes du genre à préférer les images aux textes, je vous mets ma vidéo de découverte faite en live.

AlxZ_Rex

AlxZ_Rex

J'écris mes articles à Rabanastre tout en recherchant mon courage dans Alien.

Articles: 23

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *