Rétrospective de l’année 2023

Grand classique de chaque fin d’année, l’article récapitulatif des jeux joués permet de se remémorer les titres marquants, les décevants mais aussi de générer moult réactions contestataires. Et j’aime embêter les gens. Allez, c’est parti !

Avant toute chose, tout ceci est bien entendu totalement subjectif. Ce que je considère comme « top », « flop » ou « déception » m’est propre.

Top 5 2023

Difficile de se contenter de cinq jeux seulement au vu de la quantité astronomique de titres de qualité sortis cette année. Afin d’être totalement transparent, je n’ai pas joué aux AAA qui ont fait l’actualité. Donc pas de Baldur’s Gate 3, de Spiderman 2 ou de Zelda !

5 – Forspoken

Après le calvaire du développement de Final Fantasy XV, les équipes de Luminous Studios ont pu réaliser leur propre jeu. Et si Forspoken était pensé pour devenir une nouvelle licence à la hauteur de Final Fantasy, Dragon Quest ou Kingdom Hearts, le mépris des journalistes, la haine d’une frange de joueurs et des soucis de game-design auront malheureusement réduits ces espoirs en fumée. À l’arrivée, les aventures de Frey sont très plaisantes à suivre grâce à un système de parkour grisant et à un monde ouvert vaste mais qui se laisse consommer à la carte. L’écriture, bien que parfois maladroite, offrait de bons moments et le personnage de Frey s’avérait plus qu’attachante. On tenait là de bonnes bases qui ne demandaient qu’à être peaufinées pour une éventuelle suite… Une suite d’autant plus espérée au vu de la fin du DLC.

Le test complet : https://www.ffdream.com/articles/40522-test-forspoken-la-redemption-de-luminous-productions

4 – Lords of the Fallen

Depuis l’explosion de Dark Souls, on ne compte plus le nombre de studios ayant tenté de comprendre et reproduire le succès de FromSoftware. Parmi ces derniers, certains ont su se réapproprier la formule pour proposer une alternative intéressante quand d’autres se sont cantonné de recopier la formule sans vraiment comprendre ce qui en faisait son charme. Parmi ces ersatz sans saveur, on trouve le Lords of the Fallen de 2014. L’un des premiers à tenter le coup et à échouer sur trop d’aspects malgré de bonnes idées. Aussi lorsqu’une suite/reboot fut annoncée, c’est méfiant mais intrigué que je m’y suis intéressé. 40 heures plus tard, c’est avec la conviction d’avoir joué à l’un des meilleurs jeux du genre que j’assiste aux crédits de fin. Avec un gameplay riche en possibilités et une emphase sur l’exploration et la recherche, Lords of the Fallen est assurément une excellente alternative pour quiconque a fait le tour des jeux FromSoft.

Le test complet : https://www.psthc.fr/unjeu/lords-the-fallen-ps5/test-jeu.htm

3 – Resident Evil 4 Remake

À une époque où les portages, remakes et autres remasters pullulent – au point ou certains studios ne semblent faire plus que cela –, il n’y a rien d’étonnant à ce que des gloires du passé se hissent parmi les meilleurs titres de l’année. Ainsi, Resident Evil 4 qui était déjà excellent en 2005, s’est vu offrir un lifting de qualité pour ses presque 20 ans. Outre des graphismes retravaillés grâce à l’excellent RE Engine, c’est au niveau du gameplay, du rythme et de l’écriture que cette revisite frappe le plus fort. Plus de fun, plus d’action, plus d’émotions… le tout avec un rythme haletant qui nous scotche à la manette. C’est un sans-faute et la confirmation que Capcom excelle dans la refonte de ses jeux. Le DLC dédié à Ada viendra enfoncer le clou faisant de ce Resident Evil 4 Remake un indispensable pour les amateurs d’action horrifique est l’un de mes coups de cœur de l’année.

Le test complet : https://lets-game.fr/resident-evil-4-remake-sang-pour-sang-fun/

2 – Armored Core VI : Fires of Rubicon

J’adore les méchas. Que ce soit dans Gundam, Evangelion, Gurren Lagann ou Pacific Rim, c’est quelque chose que j’apprécie toujours autant de voir à l’écran. Aussi lorsqu’un jeu me propose d’en contrôler un, je ne peux qu’être enthousiaste à l’idée de combattre aux commandes de ces géants de métal. Et à ce niveau-là, Armored Core VI est probablement ce qui se fait de mieux. Un univers futuriste désolé, des compagnies de mercenaires avec qui vous nouerez et détruirez des amitiés au gré de vos choix et surtout un gameplay incroyablement riche grâce à une customisation très poussée. Vous pouvez presque tout faire dans Armored Core VI ce qui lui offre une rejouabilité impressionnante. Et s’il y a de fortes chances que vous râliez sur certains boss, le ballet hypnotique des lasers et le plaisir de perfectionner votre pilotage prendra le pas sur tout le reste. Tout simplement excellent.

Le test complet : https://www.psthc.fr/unjeu/armored-core6-fires-rubicon-ps5/test-jeu.htm

1 – Little Goody Two Shoes

S’il est un jeu que je n’ai absolument pas vu venir, c’est bien celui-là. Sorti le jour d’Halloween, Little Goody Two Shoes m’a embarqué et je n’ai pu le lâcher avant la fin. Fourmillant d’idées, extrêmement bien écrit, haletant, visuellement magnifique et jouissant d’une OST de qualité, ce titre indé est mon coup de cœur de l’année. En abordant des thèmes devenus bien trop rares dans les AAA et en n’épargnant jamais le joueur, Little Goody Two Shoes est une aventure unique malheureusement passée inaperçue.

Le test complet : https://www.psthc.fr/unjeu/little-goody-two-shoes-ps5/test-jeu.htm

Les déceptions de 2023

Afin de préserver l’équilibre dans la Force et permettre à certains jeux de briller, il faut que d’autres assument le difficile rôle d’être mauvais. Fort heureusement, à 2-3 exceptions près, je n’ai joué qu’à des bons jeux cette année. Cela ne m’a toutefois pas empêché d’être déçu ou mitigé face à certains titres.

5 – Wo Long : Fallen Dynasty

Si le premier Nioh m’avait laissé un goût amer en bouche à cause d’une trop grande redondance des environnements et d’une difficulté aléatoire, j’avais beaucoup aimé le deuxième qui, en plus de corriger les défauts de son prédécesseur, faisait montre d’une générosité assez rare pour être soulignée. Quelle déception donc que de constater la pauvreté de ce Wo Long qui, après une première moitié réussie, s’embourbe dans des niveaux repris de Nioh 1 et 2 tout en cessant totalement de proposer de nouvelles choses. Le bestiaire est rachitique et le système de parade, bien que plaisant, est bien trop permissif. En ressort des combats qui deviennent vite ennuyeux de part leur redondance et leur manque de challenge. Heureusement, les possibilités de builds et les animations toujours aussi chouettes aident à faire passer un peu la pilule. Dommage.

Le test complet : https://www.psthc.fr/unjeu/wolong-fallen-dynasty-ps5/test-jeu.htm

4 – Sea of Stars

Je vais probablement me faire taper dessus pour celui-ci. Sea of Stars est beau, possède une excellente bande-son et propose une exploration vraiment gratifiante et amusante tout en verticalité. Mais sous le beau vernis se cache une histoire bien trop niaise et surtout un RPG très léger tant dans ses mécaniques que dans ses menus. L’obligation de presser les touches en rythme à chaque attaque couplée au nombre extrêmement restreint de ces dernières ont fini par m’ennuyer au plus haut point. On fait la même chose en boucle pendant 20 heures tout en assistant à un scénario prévisible. À réserver aux nostalgiques en manque.

Le test complet : https://www.psthc.fr/unjeu/sea-stars-ps5/test-jeu.htm

3 – Lies of P

À l’instar de Sea of Stars qui se voulait un digne héritier de Chrono Trigger et Super Mario RPG, Lies of P se veut comme une alternative solide à Bloodborne. Et au début, ça fonctionne. En place d’armes transformables, on a un système de poignées interchangeables, les sorts sont intelligemment remplacés par une prothèse multifonctions digne de Sekiro et l’univers est certes moins cryptique mais tout aussi ésotérique. Bref, sur le papier, ça semble parfait. Malheureusement, la sensation de jouer à un mix de Bloodborne et Sekiro a plus que calmé mon enthousiasme. Les mêmes pièges, les mêmes types d’ennemis qui évoluent de la même manière et au même rythme… J’ai l’impression que l’ossature des jeux FromSoft a été reprise telle quelle par les développeurs qui y ont ajouté leurs designs et une surcouche de mécaniques pas toujours utile. Un premier essai encourageant mais qui manque d’âme.

Le test complet : https://www.psthc.fr/unjeu/lies-ofp-ps5/test-jeu.htm

2 – Final Fantasy XVI

J’ai déjà beaucoup parlé de FF XVI. Aussi, je serai bref. C’est un bon jeu mais qui ne possède pas ce que je recherche dans un RPG tout en étant trop limité pour être un bon titre d’action. J’ai eu l’impression de jouer à un jeu qui ne savait pas ce qu’il devait être oscillant entre moments incroyablement épiques et temps morts terriblement ennuyeux. De véritables montagnes russes aux moments de plat trop longs et aux mécaniques trop légères qui m’ont laissé une impression d’occasion manquée.

Le test complet : https://www.ffdream.com/articles/42155-final-fantasy-xvi-magnifique-mais-imparfait

1 – Flashback 2

Jusqu’à présent, je n’ai parlé que de bons jeux qui n’ont pas forcément répondu à mes attentes. Avec Flashback 2 en revanche, c’est une véritable désastrophe (© Rikku). Absolument rien ne va dans ce jeu qui cumule tout ce qu’il ne faut pas faire. Mais au delà de ça, si j’en veux à Microids et Paul Cuisset, le créateur du premier Flashback, c’est parce qu’ils ont piétiné un titre extrêmement important de mon enfance. Flashback premier du nom, c’est moi à 5 ans en train de regarder mon père combattre les Morphs avec plus ou moins de succès. C’est un gosse émerveillé devant un jeu visuellement bluffant pour l’époque qui s’essaye à la plate-forme (spoiler : j’étais déjà mauvais). Aussi lorsque j’ai eu l’occasion de m’essayer à cette suite (sortie le jour de mon anniversaire en plus), j’y ai vu l’occasion de revivre cette époque. La désillusion fut immense.

Le test complet : https://www.psthc.fr/unjeu/flashback2-ps5/test-jeu.htm

Les rattrapages

2023 fut une année riche en rattrapages. Tellement que me limiter à seulement cinq jeux m’est impossible. C’est donc une liste de dix titres que je vous propose ici.

10 – Endling : Extinction is forever

Depuis quelques années, les jeux portant des messages écologiques se sont faits de plus en plus nombreux. Et s’ils faisaient alors office d’avertissements, la triste situation actuelle les a transformés en funeste prédiction… Endling nous place aux commandes d’une maman renard tentant de protéger ses petits dans un monde ravagé par l’Homme. Tout passe par la narration environnementale et ce sera au joueur de comprendre comment l’Humanité a pu en arriver là sans rien faire. Au milieu d’une lande ravagée transformée en décharge à ciel ouvert, vous devrez survivre face à mille dangers. Simple d’un point de vue ludique, Endling m’a surtout marqué par ses thématiques et ses environnements. Et les renardeaux trop mignons. Une belle surprise.

9 – A Plague Tale Requiem

A Plague Tale Innocence m’avait chamboulé. Graphismes et musiques magnifiques au service d’un scénario sombre et prenant m’avait transporté dans cette France ravagée par la peste et envahie par les rats. En poussant tous les curseurs encore plus loin pour cette suite, Requiem aurait dû frapper encore plus fort. Plus beau, plus grand et toujours aussi impitoyable, cette suite s’avère effectivement à la hauteur. Mais quelques errances scénaristiques et des combats plus crispants qu’amusants en font un très bon jeu mais inférieur au premier. Reste cette fin absolument incroyable qui me fait encore frissonner rien que d’y repenser.

8 – Kena : Bridge of Spirits

Je suis nostalgique de l’époque des jeux d’aventure à l’ancienne. Les Jak and Daxter, Kya ou Ratchet & Clank ont bercé mon enfance et, à une époque où tout se veut plus sombre, plus réaliste et plus sérieux, la légèreté et les mondes colorés me manquent. Puis, j’ai vu Kena et ses adorables petits Rot et j’ai craqué. Proposant un petit monde ouvert fourmillant de secrets, Kena a été une bouffée d’air frais. Plaisant à parcourir grâce à sa direction artistique enchanteresse, ses petites énigmes environnementales et sa narration simple mais touchante, le titre m’a toutefois surpris par ses combats assez exigeants. Une difficulté qui en aura surpris plus d’un mais qui permet aussi aux amateurs de challenge de s’amuser. Bref, c’est excellent, pas trop long et très mignon.

7 – Risk of Rain 2

Je l’avais dans ma liste de souhaits depuis un moment mais je n’avais jamais franchi le pas. Puis, j’ai été motivé par un membre de Discord (coucou Azerpy) et plusieurs sessions plus tard, Risk of Rain 2 a tenu toutes ses promesses. Si j’ai craqué pour son esthétique minimaliste, c’est vraiment pour son gameplay et sa rejouabilité infinie que le titre m’aura scotché. Avec une dizaine de personnages jouables aux compétences propres et une quantité astronomique de builds grâce à d’innombrables items et autres secrets à découvrir, c’est un véritable gouffre à temps qui s’est offert à moi. La possibilité de jouer à plusieurs sublime le concept ce qui en fait l’un de mes titres multi préférés.

6 – Hollow Knight

J’ai commencé par détester Hollow Knight. Ok, c’est très beau mais pourquoi c’est aussi dur ? Et puis, on ne sait jamais où l’on va, c’est rempli de pièges et autres ennemis beaucoup trop énervés… Bref, j’étais mauvais car je voulais jouer au titre comme on joue à un jeu d’action : en fonçant droit devant sans réfléchir. Après une pause méditative suite à une énième raclée de la part d’Hornet, j’ai compris qu’avant d’être un jeu de combat exigeant ou de la plate-forme sans pitié, Hollow Knight était une ode à l’exploration. C’est un jeu où il faut prendre son temps, fouiller chaque coin de la map, noter ses découvertes et observer. Et lorsque l’on se met à ralentir le rythme et à regarder ce que le jeu nous montre, on découvre un univers vaste à la richesse insoupçonnée au premier abord d’une profondeur rare. Vivement Silksong du coup.

Le test complet : https://lets-game.fr/hollow-knight-un-jeu-fourmidable/

5 – Resident Evil 2 Remake

Vous vous souvenez tout ce que j’ai dit à propos de Resident Evil 4 Remake ? Et bien c’est applicable pour ce second opus qui a bénéficié d’un soin fou pour être modernisé selon les standards actuels. Cependant, là où RE 4 est un jeu d’action horrifique, ce deuxième épisode est beaucoup plus tourné vers la survie. Les munitions sont rares, les monstres sont résistants mais surtout il y a Mister X. Une sorte de colosse immortel qui vous pourchassera pendant la majorité de votre aventure occasionnant des pics de stress impromptus lorsque, au cours d’une séquence d’infiltration au milieu d’une horde de Lickers, vous entendrez ses pas résonner dans la pièce d’à côté… Terrifiant mais aussi véritablement amusant, Resident Evil 2 Remake est un titre à faire absolument si vous aimez vous faire peur gentiment.

4 – Death’s Door

The Legend of Zelda mais avec un corbeau dans un univers figé entre la vie et la mort. Voilà comment résumer Death’s Door que j’ai dévoré en quelques jours tant sa proposition artistique et ludique m’a plu. Un gameplay simple mais efficace, une multitude de secrets poussant à l’exploration, des combats de boss intelligents et épiques et une musique absolument superbe. Death’s Door est une réussite à tous les niveaux que je ne regrette pas d’avoir lancé.

3 – Hades

Nous voilà arrivés dans le haut du panier avec un jeu fabuleux qui m’a happé par sa profondeur abyssale. Hades est un rogue-like qui, contrairement à la plupart de ses semblables, jouit d’une qualité d’écriture exceptionnelle. Malgré mes nombreuses morts, les personnages avaient toujours de nouvelles choses à me raconter, de nouveaux dialogues à me proposer. Et comme si cette carotte scénaristique ne suffisait pas, le jeu semble toujours avoir un petit quelque chose à vous proposer à chacun de vos retours chez votre père. Ah et c’est sans parler de la direction artistique sublime ou de l’OST magnifique. Ma curiosité pour Hades 2 est immense tant les développeurs ont mis la barre haute avec ce premier épisode.

2 – God of War Ragnarok

God of War version 2018 avait réussi à faire muer Kratos, jusqu’alors brute sanguinaire, en père de famille veuf et maladroit. Ce reboot artistique s’était accompagné d’une refonte du gameplay plus que réussie mêlant affrontements viscéraux et exploration grisante au sein d’un monde ouvert intégralement en plan séquence. Cette suite en reprend tous les bons côtés et les perfectionne pour atteindre l’excellence. En proposant le parfait équilibre entre mécaniques de jeu vidéo et monde cohérent – mention spéciale pour ses quêtes annexes habilement intégrées à l’exploration ou ses personnages discutant naturellement au fil de nos pérégrinations –, God of War est un objet ludique difficile à lâcher avant d’en voir le bout. À condition d’adhérer à sa proposition bien entendu. Mais plus que tout le reste, c’est sa manière d’aborder le deuil qui m’a véritablement touché. L’intégralité du casting a perdu quelqu’un ou quelque chose et plus que ces histoires de fin du monde et de guerre de pouvoir, c’est la quête de ces Dieux brisés cherchant à se reconstruire qui s’avère le plus marquant à mes yeux.

1 – Chained Echoes

Si vous aimez les RPG et que la belle époque des années 90-2000 vous manque, vous vous devez de jouer à Chained Echoes. Blindé de clins d’œil et de références, cette aventure au scénario mature et intelligent est l’hommage parfait aux RPG old-school. Du tour par tour, de l’aventure, des méchas, des quêtes annexes… Chained Echoes est d’une richesse folle d’autant plus remarquable qu’elle est due à un seul homme. Faites ce jeu.

Le test complet : https://lets-game.fr/chained-echoes-entre-hommage-et-modernite/

Voilà qui conclut ce bilan de 2023. Une très bonne année vidéoludique pour moi qui a été sublimée par mes débuts en stream. J’espère que 2024 sera tout aussi intéressante ! Et vous ? Que retenez-vous de 2023 ?

AlxZ_Rex

AlxZ_Rex

J'écris mes articles à Rabanastre tout en recherchant mon courage dans Alien.

Publications: 18

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *